Retour

S'inscrire et tchattez dès maintenant 100% GRATUIT

Célibataires, rejoignez la communauté des actifs

Participez et proposez des loisirs entres célibataires   

Etre célibataire n'est pas une fatalité  et il ne dépend que de vous d'en sortir ! vous avez deux solutions , soit attendre que la chance travaille pour vous mais vous risquez d'attendre longtemps ou aller de l'avant en rencontrant un maximum de personnes seules.

Comment faire ?

Déja il existe un certain nombre de sites ou services réservés aux célibataires et qui proposent un grand nombre de soirées ou sorties entre célibataires, vous pouvez également partir en vacances entre celibataires, la aussi  un grand nombre  de site proposent ce service, vous trouverez en Cliquant sur ce lien quelques idées et enseignes vous proposant des services aux célibataires

Pensez à bien cibler votre recherche, si vous êtes sportif 

 

TCHAT-UP c'est aussi le lieu de rendez-vous pour la communauté des camping-caristes célibataires, notre site est un outil formidable pour communiquer entre camping-caristes GRATUITEMENT , avec TCHAT-UP créez un groupe de camping-caristes et organisez facilement et en toute sécurité vos rencontres et sorties

TCHAT-UP un site de rencontre qui milite pour la gratuité des échanges entre hommes et femmes célibataires. 

Célibataire ?  Rejoignez la communauté TCHAT-UP et rencontrez les hommes seuls et femmes seules de votre région 

Disons demain,meetic, atractiveworld, adoptunec, tilt, badoo, POF, hugavenue, lovo, tous les sites de rencontre


INSCRIPTION ET UTILISATION 100% GRATUIT

CLIQUEZ ICI

Voici trois conseils pour optimiser votre recherche :

Ne restez pas passif en attendant qu'une personne vous contacte, allez au-devant des adhérent(e)s, dans la vie de tous les jours, si vous croisez une personne qui attire votre attention restez-vous passif en la regardant s'éloigner ? 

La messagerie

Multiplier le nombre de messages en invitant en "ami" reste le seul moyen de multiplier le nombre de réponses, c'est d'une logique implacable, plus vous enverrez de messages plus de réponses vous recevrez , 

Lors de l'envoi d'un message faites une présentation rapide de votre profil afin de justifier votre recherche et donner l'envie au destinataire d'y donner une suite favorable et surtout n'oubliez pas la photo sur votre profil il est sécurisant de voir la personne avec qui nous discutons, iriez-vous à un entretien d'embauche avec une cagoule ? 

Dans tous les cas répondez à tous les messages même si un profil ne correpond pas à votre recherche, c'est une question de politesse.

TCHAT-UP est un point de rencontres des camping-caristes célibataires mais aussi pour les adeptes du camping

Vous recherchez un compagnon ou une compagne pour poursuivre votre vie de camping-cariste ? ou bien renouer avec le camping, le trek ou les voyages

 

Rencontrez les célibataires près de chez vous 

Des célibataires de  Paris, Lyon, Le Havre, Rouen, Marseille, Nantes, Strasbourg, Brest, Saint Malo, Rennes, Perpignan, Nice, Arles, Bourges, Orléans, Caen, Royan, Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Chambéry, Dijon, Nevers, Chateauroux, Sainte Etienne, Lille, Metz, Poitiers, Narbonne, Beziers, Colmar, Tours et bien d'autres villes...

Faites une recherche rapide selon des critères géographiques, d'age

 

TCHAT-UP un site de rencontre qui milite pour la gratuité des échanges entre hommes et femmes célibataires. 

Célibataire ?  Rejoignez la communauté TCHAT-UP et rencontrez les hommes seuls et femmes seules de votre région 

Disons demain,meetic, atractiveworld, adoptunec, tilt, badoo, POF, hugavenue, lovo, tous les sites de rencontre


TCHAT-UP Les célibataires, à envier ou à plaindre ? Célibataires, vous n’êtes pas seuls.

En France en 2012, 38,8% des Français de plus de 15 ans étaient recensés comme «célibataires» par l’Insee, dont 42,4% des hommes et 35,5% des femmes. Vivre seul n’est donc pas si rare, mais représente encore un sacrifice financier: l’Insee estime qu’un couple a le même niveau de vie qu’un célibataire avec seulement 1,5 fois son revenu.  Le partage du loyer pour les couples vivants sous le même toit est la première source d’économies mais les petites dépenses quotidiennes peuvent aussi finir par peser lourd dans la tirelire: au supermarché, les portions individuelles sont plus onéreuses que les paquets familiaux, les sorties entre amis reviennent plus cher qu’une soirée pizza-télé et les vacances en solo ne sont pas bon marché.

Supplément pour chambre «single»

Les tour-opérateurs pratiquent souvent des suppléments «single» pour la mise à disposition de chambres d’hôtels double, et lorsque les hôteliers disposent de chambres simples, leur prix est quasi systématiquement supérieur à la moitié d’une chambre double. Sans compter les impôts à assumer seul et les abonnements aux sites de rencontre pour ceux que la perspective de continuer leur vie en solo n’enchante pas.

Pourtant, célibataire ne rime pas toujours avec galère. Notamment pour les femmes, parmi lesquelles les célibataires sont statistiquement plus nombreuses dans les professions intellectuelles supérieures bénéficiant de revenus confortables. Dans les villes, les colocations entre célibataires de tous âges se multiplient et les vacances deviennent moins angoissantes pour les solos qui peuvent trouver sur internet des compagnons de voyage. Et plus si affinités.

«Le couple peut être une sacrée planque»

Malgré les chapeaux de Catherinettes, être célibataire n’est plus aujourd’hui la tare que cela pouvait représenter il y a quelques décennies. Pour Sophie Cadalen, psychanalyste, le célibat peut être un choix délibéré, «une façon de se rencontrer soi-même, de garder une latitude de choix et de possibilités»: «La rencontre est un dérangement, elle bouleverse notre vie, poursuit la psychanalyste. Rester célibataire, c’est garder le contrôle sur notre vie.» Un contrôle qui se paye en responsabilités et en monnaie sonnante et trébuchante. Si faire des économies serait une des pires raisons pour se mettre en couple, la psychanalyste rappelle que le couple peut aussi «être une sacré planque pour nous épargner des questionnements sur qui nous sommes.»

Source http://www.20minutes.fr

 



TCHAT-UP Célibataire : comment sortir du célibat ?

Face au célibat, de nombreuses femmes seules ne savent plus quoi faire. Aller sur un site de rencontre, participer à un speed dating, s’inscrire aux soirées de célibataires… Malgré ces multiples solutions, nombreuses sont celles qui continuent de vivre seules. Pourquoi est-il si difficile de se débarrasser du statut de célibataire ? Qui sont les femmes qui vivent bien leur célibat ? Et comment échapper à la solitude ? Explications.

En l’espace de trente ans, le nombre de célibataires n’a cessé d’augmenter en France. Alors que le nombre de femmes célibataires a doublé entre 1962 et 2007, celui des hommes à triplé ! Pourtant, les femmes célibataires restent majoritaires, avec 4,4 millions de femmes seules contre 3 millions d’hommes seuls.

Célibataire célibattant(e) ?

A l’heure actuelle, être célibataire n’est pas tâche facile. Souvent mal jugées, les femmes seules souffrent d’une réputation qu’elles ne méritent pas. Bridget Jones en puissance, celles-ci seraient, dans l’inconscient collectif, des femmes à la vie triste, victimes de la solitude et sans vie sexuelle, ni rencontre ou amourette. Ou au contraire, des femmes à la Samantha Jones dans Sex and the city, ne vivant que pour trouver le bon coup ou tester le sextoy ultime! Pourtant, certaines d’entre elles revendiquent leur célibat et ne craignent pas de vivre seules. Elles aiment choisir avec qui elles passeront leur soirée ou non et la vision d’une petite vie bien rangée - mari enfant maison et labrador – ne les tente pas le moins du monde. Souvent qualifiées – à tort - de vieilles filles, elles ont une vie aussi remplie que les femmes casées.

Femme cherche homme

Bien que certaines femmes vivent parfaitement bien leur célibat, d’autres en souffrent davantage. Lassées de cette vie, elles tentent de retrouver l’amour grâce à tous les moyens mis en place par notre société. Aller sur un site de rencontre, à un speed dating ou à une soirée de célibataires sont par exemple des méthodes pour aider les célibataires à se rencontrer. Les célibataires représentant entre 6 et 12% de la population française, ils sont devenus au fil des années une véritable cible marketing, pour laquelle les commerciaux ont toujours de nouvelles idées afin de favoriser la rencontre.

Bien que ces méthodes fonctionnent pour certaines d’entres elles, d’autres femmes, qui ont pourtant tout pour plaire, ne font pas la bonne rencontre et ne trouvent pas chaussure à leur pied. Mais si le problème ne venait pas des hommes mais de la société en général ? Après tout, lorsque l’on constate que le nombre de divorces ne cesse de croitre et que l’infidélité est en passe de devenir un marché comme les autres, on est en droit de s’interroger sur la viabilité même du modèle de la vie à deux. Mais alors, la vie de couple serait-elle en réalité complètement dépassée ?

Source http://www.marieclaire.fr


TCHAT-UP un site de rencontre qui milite pour la gratuité des échanges entre hommes et femmes célibataires. 

Célibataire ?  Rejoignez la communauté TCHAT-UP et rencontrez les hommes seuls et femmes seules de votre région 

Disons demain,meetic, atractiveworld, adoptunec, tilt, badoo, POF, hugavenue, lovo, tous les sites de rencontre


TCHAT-UP 3 preuves que les célibataires endurcies sont de meilleures partenaires

La revanche des célibataires a sonné ! D'après plusieurs études, la vie des célibataires de longue date serait très épanouissante, et cela ferait d'elles des partenaires de rêve.


Les célibataires endurcies ne sont pas à fuir comme la peste, bien au contraire. Celles que l'on qualifie parfois de "vieilles filles" seraient en réalité des partenaires parfaites. 
 
  • Votre vie n'a cessé de s'améliorer 
Vous n'avez pas eu de compagnon depuis un petit moment, certes. Mais pendant toutes ces années, vous n'avez pas tourné en rond : vous vous êtes plutôt concentrée sur différents aspects de votre vie pour les perfectionner. Les célibataires ont connu plus d'améliorations au fil du temps, en termes d'autonomie et de réussite personnelle (travail, amitié...) que les personnes mariées. Ce constat a été établi par le psychologue et professeure à l'Université de Californie, Bella De Paulo.
 
  • Vous respirez le bonheur 
Être célibataire ne signifie pas forcément courir désespérément après l'amour. Le célibat est aussi un choix, un choix qui rend heureux. Selon une étude publiée sur le site internet de la United States National Library of Medicine (une bibliothèque américaine de médecine), les célibataires de longue date seraient moins en proie aux pensées négatives. Cela s'expliquerait par l'indépendance et l'autonomie développées tout au long du célibat : ils sont autosuffisants. Les vieilles filles ne broient pas du noir, loin de là. 
 
  • Vous êtes bien entourée
Vous n'êtes peut-être pas en couple, pourtant vous êtes loin d'être esseulée. Les célibataires sont des personnes qui ont une vie sociale bien remplie. Amis, collègues, famille, voisins : vous tissez des liens forts avec votre entourage, ce qui n'est pas forcément le cas des couples. Ces derniers ont parfois tendance à s'isoler, et d'après une étude dévoilée dans la revue scientifique PLoS Medicine, cela ne serait pas forcément bon pour soi d'investir tout son capital émotionnel dans une seule et même relation
 
Sources http://www.marieclaire.fr



TCHAT-UP Pourquoi il vaut mieux être seule que mal accompagnée ?

Il vaut mieux être seule que mal accompagnée ! Cet adage dit vrai : la preuve par 7.

Par peur de la solitude, nous sommes nombreuses à nous rassurer grâce à des relations amoureuses quelque peu bancales, qui ne nous conviennent pas vraiment. Pourtant, mieux vaudrait être seule que mal accompagnée… 

  • On peut être célibataire et heureux

L’argent ne fait pas le bonheur. Les relations amoureuses non plus. La clé d’une vie épanouie : être en phase avec ses envies, ses besoins, ses attentes. Vous mettre en couple avec une personne qui ne vous correspond pas trompera un temps votre solitude, mais ne vous rendra ni heureuse ni épanouie sur le long terme. 

  • Être seule est l’occasion de savoir ce que l'on veut vraiment

Être en couple avec quelqu’un qui ne nous convient pas nous évite bien souvent de nous poser trop de questions. On avance au jour le jour sans jamais trop se projeter, ni trop penser à ce que l’on voudrait vraiment. En acceptant d’être seule, on se laisse la possibilité de la réflexion. Un bon moyen de déterminer ce que l’on souhaite réellement pour notre vie amoureuse et au contraire, ce que l’on préfère désormais éviter.

  • On diminue nos chances de trouver le bon

Une relation qui ne nous convient pas reste malgré tout une relation. Résultat : on peut facilement perdre de longues semaines/mois/années à ne pas chercher la perle rare qui nous rendra vraiment heureuse. Plutôt que de tromper sa solitude à l’aide d’une relation bancale, on prend donc son courage à demain et on accepte d’être seule (ou bien de batifoler à droite à gauche) le temps de rencontrer celui ou celle qui nous conviendra vraiment.

  • C’est horriblement déprimant

    Il n’y a rien de plus déprimant que de se sentir seule tout en étant pourtant avec quelqu’un. Seule une relation digne de ce nom a la capacité de nous épanouir. En revanche, à la façon d'un pansement qui recouvre une plaie, être avec quelqu’un avec qui on ne veut pas vraiment être n’aura comme effet que de rassurer notre peur de la solitude.

Il n’y a rien de plus déprimant que de se sentir seule tout en étant pourtant avec quelqu’un. Seule une relation digne de ce nom a la capacité de nous épanouir. En revanche, à la façon d'un pansement qui recouvre une plaie, être avec quelqu’un avec qui on ne veut pas vraiment être n’aura comme effet que de rassurer notre peur de la solitude. 

  • C’est injuste pour l’autre personne

Une relation se construit à deux. Donner l’impression à la personne que l’on fréquente qu'on se trouve sur la même longueur d’onde qu’elle, alors que celle-ci semble s’impliquer et s’épanouir dans cette idylle, peut provoquer des ravages.

  • On risque de finir par détester notre +1

Votre cher et tendre actuel trompe parfaitement bien votre solitude. Tant mieux, c'est tout ce que vous attendez de lui. Mais ses petits défauts commencent sérieusement à vous courir sur le haricot. C’est bien normal, vous n’êtes pas amoureuse et donc très peu tolérante vis-à-vis de ces petites choses que vous trouveriez probablement adorable si cette personne faisait réellement battre votre cœur. Résultat : vous risquez très rapidement – et de façon complètement irrationnelle - de haïr au plus au point cette personne, qui n'a rien demandé à personne !

  • On se ferme aux nouvelles expériences

Le célibat est l’occasion parfaite de faire le plein de nouvelles expériences. Se caser pour tromper sa solitude ne vous épanouira pas et vous fermera la possibilité de tenter de nouvelles choses. Des choses qui vous apprendraient pourtant beaucoup sur vous, vos envies et vos besoins en matière de relations amoureuses. Et aussi qui vous réconcilieront avec votre petite personne. 

Source  http://www.marieclaire.fr



TCHAT-UP 8 choses qui peuvent expliquer votre célibat

Il est temps d’ouvrir les yeux et de voir enfin la réalité en face, vous avez peut-être quelques "habitudes" ou petits défauts qui vous empêchent de trouver chaussure à votre pied.

Célibataire endurcie ? Et si ce qui vous empêchez de trouver l'amour c'était ... vous ? 

  • Vous êtes négatif-ve

Quoi de moins attirant qu'une personne désespérée de ne trouver personne et qui se plaint sans arrêt ? Arrêtez de vous regarder le nombril et apprenez à apprécier ce que vous offre la vie, même si vous êtes seule. Votre bonheur ne doit pas dépendre de quelqu'un, mais simplement de vous-même !

  • Vous êtes trop exigeant(e)

"Moi mon mec, je veux qu'il soit beau, intelligent, attentionné, drôle, fort, présent, prêt à s'engager..." Et la liste est encore longue ! Sauf que le prince charmant n'existe pas dans la vraie vie. En vous focalisant sur une pseudo-liste de "qualités qu'il devra forcément avoir" vous passez peut-être à côté d'un homme qui, même s'il ne réunit pas tous vos critères, pourrait vous rendre heureuse. Avec l'amour, même les défauts peuvent devenir attachants et mignons.

  • Vous êtes complexé(e)

Rien que l'idée d'être nue devant votre partenaire vous fait frémir. Vos complexes vous empêchent de vivre une vie normale et agissent comme des barrières entre vous et votre partenaire. Une personne qui s'accepte telle qu'elle est, est beaucoup plus attirante qu'une femme complexée !

  • Vous pensez encore à votre ex

"Mon ex aussi il était dans cette école !" ; "Mon ex aussi était fan du PSG"... En parlant constamment de votre ex, vous donnerez l'image d'une fille qui n'est pas passée à autre chose et qui n'est donc pas prête à vivre une nouvelle histoire. 

  • Vous êtes pantouflard(e)

"C'est pas en restant chez toi que tu vas rencontrer quelqu'un !" Cette réplique, la plupart des célibataires longue durée l'ont déjà entendue. Bien qu'ultra énervante, il est vrai que ce n'est pas en regardant les quatre murs de votre salon tous les soirs que vous allez rencontrer l'homme de votre vie. Qu'on se le dise, "L'amour viendra frapper à ta porte quand tu ne t'y attendra plus" n'est pas une expression à prendre au sens littéral du terme.

  • Vous vous mettez trop la pression

"C'est sûr je vais finir vieille fille" ; "Si je suis toujours célibataire à 30 ans, je congèle mes ovocytes". Keep calm ! Chacun son rythme, il n'y a pas de calcul parfait pour accéder à la vie de couple et familiale. Ne vous focalisez pas sur des limites d'âge, car vous risquez de vous précipiter vers un homme qui finalement ne vous conviendra pas. Mariage plus vieux, mariage heureux paraît-il ! 

  • Vous ne laissez pas de place à un partenaire

Sans même vous en rendre compte, vous avez vos habitudes et n'êtes pas prête à les modifier pour un homme. Avec le temps, on apprend parfois à aimer sa "solitude". Il faut réapprendre à faire confiance à quelqu'un d'autre qu'à soi-même et prendre le risque d'être déçue. Laissez-lui un peu de place dans votre vie et apprenez à vivre de nouveau à deux.

  • Vous n'avez pas les bonnes techniques de drague

N'en faites pas trop pour séduire un homme. Le rentre-dedans c'est top... maispour les relations d'un soir ! Vérifiez auprès de votre entourage que vos techniques de séduction sont au point. 

 

Source  http://www.marieclaire.fr


 

TCHAT-UP un site de rencontre qui milite pour la gratuité des échanges entre hommes et femmes célibataires. 

Célibataire ?  Rejoignez la communauté TCHAT-UP et rencontrez les hommes seuls et femmes seules de votre région 

Disons demain,meetic, atractiveworld, adoptunec, tilt, badoo, POF, hugavenue, lovo, tous les sites de rencontre


A quoi reconnaît-on un célibataire endurci ?

Il a l'air célibataire mais encore faut-il réussir à le prendre dans vos filets. Et s'il faisait partie de la catégorie des « célibataires endurcis » ?

Ça fait un moment que vous l'avez repéré. Beau comme un dieu grec avec un humour à tomber par terre ! Mais malgré vos recherches, vous ne lui trouvez aucunes exs. Il ferait donc partie de la catégorie des « célibataires endurcis ». Voici toutes les clefs pour les reconnaître.

  • Il (elle) enchaîne les conquêtes

A chaque soirée il repart avec une fille différente. Blondes, brunes, rousses… il n’a pas l’air d’avoir un style de filles en particulier. Il semble toutes les aimer… c’est peut-être ça le problème d’ailleurs ! 

  • Sa dernière relation sérieuse remonte à très (très) longtemps 

Des relations d’un soir il en a eu un paquet… Mais sa relation sérieuse la plus longue ne semble pas excéder les 3 semaines. Et encore ! C’était il y a bien 4 ans ! Plutôt light comme palmarès amoureux… Vous qui pensiez entamer une relation sérieuse avec lui, il va falloir s’accrocher. 

  • Il (elle) a peur de l'engagement
Le mariage, les enfants ou emménager ensemble sont des caps importants qui sont légitimement effrayants. En revanche, s’il frissonne à la simple idée de partir en week-end avec vous ou de vous présenter à ses amis, ça sent le célibataire endurci à plein nez !
  • Il(elle) enchaîne les soirées entre potes

Ses week-ends il les passe systématiquement avec ses potes, et ça ne semble pas négociable. Célibataire depuis quelques années il a pris l’habitude d’organiser son emploi du temps en fonction de ses amis qui occupent une place prédominante dans sa vie. Difficile pour lui de s’imaginer manquer une soirée alors qu’il répond présent depuis toujours. 

  • Il (elle) fait passer son travail avant tout le reste

Partir du bureau à 21h passé, ce n’est pas rare pour lui. Personne ne l’attend à la maison alors pourquoi se dépêcher ? 

  • Il (elle) aime sa liberté

Même en couple, il conserve ses habitudes de célibataire… Une dispute ou une soirée manquée et vous pourriez vite devenir synonyme de contrainte pour lui. Quand on fait cavalier seul depuis aussi longtemps, on a perdu l’habitude de faire des concessions ou de se forcer à quoi que ce soit.

Source  http://www.marieclaire.fr



Où trouver l'amour quand on est célibataire ?

Dans un café, au travail, au cours d’un speed dating ou bien sur la toile, il existe plus d’une manière de faire des rencontres. Alors que les agences matrimoniales en ligne ont de plus en plus de succès, le lieu de travail resterait la meilleure option pour trouver l’âme sœur !

Célibat : l’amour en un clic

Célibataires, connectez-vous, vous pourriez trouver l’amour via écran interposé ! C’est en tout cas ce que semblent croire 25% des français, qui avouent détenir un compte sur un site de rencontre. Révélée par un sondage Ifop réalisé pour le magazine Femme Actuelle, cette tendance ne s’arrête pas là, puisque environ 40% des français, s’ils étaient célibataires, seraient prêts à chercher l’amour sur la toile.

Raison de ce succès ? Le nombre croissant de couples rencontrés sur le net. En effet, près d’une personne sur deux ayant eu recours aux sites de rencontres affirme avoir eu une relation, sérieuse ou non, avec une personne rencontrée ainsi. Plus impressionnant, deux personnes sur trois ayant rencontré quelqu’un en ligne reconnaissent avoir vécu une véritable histoire d’amour avec cette personne.

Célibat : le travail, l’endroit idéal pour trouver un mari ?

Malgré le succès montant des sites de rencontre, le lieu de travail garde sa place de leader en matière de rencontres amoureuses. En effet, d’après l’étude réalisée par CareerBuilder, 44% des employés reconnaissent avoir eu une histoire, sérieuse ou non, avec l’un(e) de leurs collègues. Plus surprenant, parmi ces relations nées au coin de la machine à café, 23% finiraient par un mariage ! Néanmoins, bien que ces relations soient fréquentes, elles sont généralement très discrètes, avec près de 44% d’entre elles restées secrètes auprès des autres employés !

Célibat : et si ça venait de la cigarette ?

Autre étude, autre pays. Le Département de la Santé de Grande Bretagne a passé au peigne fin les causes du célibat. Parmi elles : le tabagisme ! D’après les chiffres obtenus, les fumeurs auraient beaucoup moins de succès dans leur vie amoureuse que les non fumeurs. En effet, près 64% des anglais âgés de 35 ans refuseraient catégoriquement d’embrasser un fumeur ou une fumeuse. Plus grave, 47% d’entre eux affirment y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une relation amoureuse avec une personne accro à la cigarette.

La cigarette, facteur de célibat ? Une nouvelle qui risque de faire mauvaise pub aux grands fabricants de tabac ! 

Source  http://www.marieclaire.fr


 



TCHAT-UP un site de rencontre qui milite pour la gratuité des échanges entre hommes et femmes célibataires. 

Célibataire ?  Rejoignez la communauté TCHAT-UP et rencontrez les hommes seuls et femmes seules de votre région 

Disons demain,meetic, atractiveworld, adoptunec, tilt, badoo, POF, hugavenue, lovo, tous les sites de rencontre


TCHAT-UP Tout pour plaire... Et toujours célibataires

Font-elles peur aux hommes ? Sont-elles trop exigeantes, trop dures, trop blessées ? Mais qu’est-ce qui cloche aujourd’hui pour que de plus en plus de femmes se retrouvent « sans amour fixe » alors qu’a priori, elles ont tout pour elles ?

La vie à deux, un modèle dépassé ?

C’est le grand paradoxe de notre époque. Jamais il n’y a eu autant d’outils pour communiquer et se rencontrer. Jamais, pourtant, on n’a autant compté de femmes, belles, brillantes, drôles, punchy, sexy, bref, qui ont « tout pour plaire », et se retrouvent dans un désert amoureux difficile à comprendre.

« C’est un signe des temps, remarque le sociologue Pascal Lardellier(1). Le nombre de célibataires a plus que doublé en France en trente ans, passant de 6 à 12 % de la population. Les femmes étant les premières concernées : elles sont 4,4 millions aujourd’hui contre 3 millions d’hommes. »

Certes, elles sont toujours plus nombreuses que les hommes célibataires (ceci d’ailleurs pouvant expliquer cela) mais une étude récente de l’Insitut national d’études démographiques (Ined)(2), sur les « personnes résidant seules en France », précise que si le nombre de femmes vivant seules a doublé entre 1962 et 2007, la proportion d’hommes vivant seuls a triplé. So what ? La vie à deux -serait-elle juste un modèle usé, dépassé ? Un vieux rêve devenu inadéquat ?

« L’entrée en couple de plus en plus tardive est l’un des facteurs pouvant expliquer la montée du célibat, analyse Pascal Lardellier. Notamment pour les femmes les plus diplômées qui souvent font peur aux hommes et ont, de leur côté, une attente immense et des critères impitoyables. Mais l’une des causes du célibat est aussi qu’il devient de plus en plus difficile de se rencontrer, du moins dans la vraie vie. On assiste en fait à une glaciation des rapports hommes/femmes. La drague est devenue ringarde. Dans les années 80, le monde du travail était le premier lieu de rencontres. C’est inimaginable aujourd’hui ! » C’est un vrai fait de société. On se lance aujourd’hui plus tard dans la vie à deux, avec déjà un bagage sentimental sur le dos, et des attentes précises sur le couple, « l’autre » idéal. La multiplication des réseaux de rencontres ne faisant qu’illustrer et envenimer le phénomène. Jamais le couple n’a été autant rêvé, idéalisé (devant associer l’amour, le sexe, la complicité…). Jamais non plus l’individu et l’épanouissement personnel n’ont eu autant la priorité. Les deux n’allant pas forcément ensemble.

Femmes célibataires, elles ont fait un choix

« A un moment, il faut choisir, résume Suzanne, 47 ans. Et c’est cruel. J’ai fait de longues études, puis me suis lancée dans un boulot passionnant qui me conduit aux quatre coins du monde. Le yoga et l’aïkido me prennent aussi beaucoup de temps, mais ils sont fondamentaux à mon équilibre. Avec les hommes, je n’ai jamais eu de problèmes, plutôt même des facilités. Mais je n’ai jamais trouvé le temps de me poser ni de faire des enfants. A l’âge où les autres se casaient, j’explorais les possibles. Le couple qui dure, la famille, c’était pour « quand je serai grande »… J’ai même renoncé à un homme que j’aimais profondément mais qui, lui, était plus pressé. Et dû me rendre à l’évidence, quelques années plus tard, que j’avais peut-être laissé passer ma chance. Celle de faire comme les autres, et de construire autre chose que moi-même. Il y a un cap difficile à surmonter. Je ne dis pas qu’il n’y a pas un fond d’amertume en moi. Mais cette femme hyperactive, qui n’a jamais manqué d’amis, d’amours et d’adrénaline, sans jamais supporter la routine ni su tisser une relation durable, c’est moi. J’ai choisi sans le vouloir. La suite risque d’être difficile mais je ne me projette pas. J’aurais sans doute été plus malheureuse autrement. »

C’est bien plus subtil que l’image de l’amazone triomphante. Pas une question de révolte antihomme, antifamille, anti-tout… Juste le résultat d’un difficile grand écart entre des désirs contradictoires. A une époque qui permet de choisir.

« La grosse problématique de notre époque, c’est le choix, affirme la psychanalyste Sophie Cadalen, qui a consacré tout un ouvrage à la question(3). Avant, le couple était une étape obligée pour les femmes. Aujourd’hui, elles sont beaucoup plus ambitieuses. L’indépendance a accru leur niveau d’exigence. »

Certes, le célibat gagne du terrain mais il a changé de visage. Mûrement consenti, cela n’a rien d’une défaite. L’angoisse de la belle trentenaire qui voit toutes ses copines se caser, et panique à l’idée de finir seule, est une réalité. Mais le cliché de la vieille fille qui cache forcément un vice de forme a vieilli.

« Il fut un temps où l’on fêtait Sainte-Catherine à 25 ans, remarque le sociologue Laurent Toulemon, coauteur de l’étude de l’Ined sur les personnes résidant seules. C’est bien fini. D’abord parce qu’on est jeune plus tard. Dans les années 60, une femme de 35 ans sans mari ni enfants était une vieille fille. Aujourd’hui, rien de perdu pour elle ! Et il n’est pas scandaleux qu’elle ait une vie affective et sexuelle épanouie. De même, on vit longtemps seul(e) désormais après une séparation, avant de se “recaser”. Ce qui était juste impossible pour les femmes, à une époque où elles n’avaient pas les moyens de vivre seule. ». Aujourd’hui une femme « sans amour fixe » n’est plus suspecte, si ce n’est surtout d’être sûre de ses désirs, exigeante.

« J’ai pas mal de copines de mon âge qui, comme moi, ne sont pas en couple, remarque Anne, 36 ans. Et qui ne sont pas pour autant des vieilles filles en attente que leur vie commence ! Elles sortent beaucoup, voyagent, font des rencontres, s’éclatent dans leur boulot… Elles ont une vie riche ! Personnellement, je refuse qu’on me juge comme une victime. Bien sûr, je suis plus heureuse quand je suis amoureuse, quand j’ai quelqu’un avec qui partager. Mais ne pas avoir d’homme régulier dans ma vie ne m’empêche ni d’avoir des histoires (des CDD très agréables !), ni de profiter du présent. J’ai trop vu de femmes de la génération de ma mère tout sacrifier pour leur mari. Ou rester par convention. J’ai la chance d’appartenir à une génération de femmes indépendantes et libres de choisir. Aujourd’hui, je suis seule parce que je n’ai pas encore rencontré celui avec lequel j’ai envie de construire sur le long terme. Je suis encore dans une période où je papillonne, je teste, j’explore. Et, parfois, je me sens bien plus épanouie que certains couples avec enfants qui n’arrivent pas à se quitter alors qu’ils n’ont plus rien à se dire…»

Plus le temps passe, plus mon armure de femme célibataire se perfectionne.

Oui, mais quand le papillonnage dure plus longtemps que prévu, parfois le doute s’installe, les peurs. Et la course à la rencontre commence. Les échecs. La culpabilité. Et c’est le cercle vicieux.

« A 20 ans, c’était moi qui avais le plus de succès dans la bande, se souvient Caroline, 34 ans. Depuis, j’enchaîne les fiascos amoureux, je ne sais pas pourquoi. Je ne peux même pas tirer de leçon de mes échecs car je ne suis pas dans un schéma de répétitions. Mes amis m’ont présenté tous leurs proches célibataires, avec lesquels, évidemment, ça n’a pas collé. Mais je ne vais quand même pas me forcer pour leur faire plaisir ? En général, c’est moi qui me lasse assez vite. Je crois que mon grand problème, c’est que je suis lucide. Et incapable de faire semblant. J’ai eu aussi quelques histoires, bien tordues, qui m’ont rendue méfiante. Désormais, je fuis les hommes qui annoncent, au bout du second rendez-vous, qu’ils ne sont pas prêts à s’engager. »

Entre ceux qui ne sont pas prêts, ceux qui en ont trop vu, les blessés, les menteurs, les lâches, les frileux… La liste est longue des « tordus » que l’on peut rencontrer quand on se balade de site en site pour trouver l’âme sœur. Les hommes de leur côté faisant le même constat, tout le monde se cherche finalement, et se méfie à la fois. Chacun(e) veut l’amour, oui, mais sous contrôle.

« Or, la rencontre, c’est forcément l’inconnu, rappelle Sophie Cadalen. S’il n’y a pas de place pour la surprise de l’autre, il n’y en a pas pour l’amour ! C’est une peur latente qui règne derrière ces exigences et qui, finalement, protège de la rencontre réelle trop déstabilisante. Je pense à bon nombre de mes patientes qui attendent l’amour désespérément et qui, lorsque ça leur arrive enfin, se plaignent d’être bousculées ! L’amour est toujours une remise en question. On le rêve souvent comme un remède alors que c’est un chaos. Auquel on n’a pas forcément envie d’être confrontée… »

Tout particulièrement quand on a déjà planté un premier couple et qu’on a enfin retrouvé une forme de paix. Sous couvert de multiplier les occasions de rencontres, il arrive alors qu’au fond de soi on fuie, de peur de retomber dans l’ornière.

« Derrière la peur de ne pas rencontrer se cache souvent celle de rencontrer, renchérit la psychothérapeute Sylvie Tenenbaum(4). Ces célibataires sont souvent hantées par l’échec, ont peur de se tromper et de souffrir de nouveau… C’est un cercle très vicieux ! »

Source  http://www.marieclaire.fr